Livres et livrets publiés ou disponibles à MNTV

« LE SAINT SUAIRE » 

Pierre de Riedmatten (Ed. Fidélité) – 3ème édition, février 2020.
Le commander à la procure MNTV ; disponible également en librairie.

Cette troisième édition, revue et complétée, tient compte notamment des nouvelles avancées intervenues depuis 2015 (2ème édition) :

* sur le plan historique (époque du roi Abgar ; monnaies byzantines à l’effigie du Christ ; hypothèses de transfert du Linceul en France vers la Ste-Chapelle ou directement à Lirey par les Achaïnes …) ;

* et sur le plan scientifique (découverte de la biliverdine, analyse statistique des résultats du test  au C 14 en 2018, synthèse des travaux sur les pollens …).

GUIDE DU LINCEUL DE TURIN

2ème édition (Pierre Téqui) – mars 2016 –

Le commander à la procure MNTV ; disponible également en librairie.

 

Synthèse de l’affaire Carbone 14, trente ans après le test de 1988

Pierre de Riedmatten – janvier 2020

 Ce nouveau livret (qui met à jour celui publié en 2010) tient compte, en particulier : de la nouvelle étude textile effectuée en 2011 par Timothy Jull (USA) ; de la nouvelle datation du tissu, effectuée en 2013 par Giulio Fanti, par des méthodes différentes du C 14 (spectroscopie vibratoire – Ramant et Infrarouge) ; et des travaux de Tristan Casabianca et all, effectués en 2018 à partir des « données brutes » des  trois laboratoires, enfin obtenues auprès du British Museum en 2017. Leur analyse statistique confirme que la non pertinence des résultats annoncés en 1988 : ils ne peuvent pas fournir une « preuve concluante de l’origine médiévale du Linceul de Turin », comme l’affirmait la revue Nature (vol. 337) en février 1989.

Commander ce livret à la procure MNTV

Dossier de synthèse sur les pollens : « Que disent les pollens trouvés sur le Linceul »

Pierre de Riedmatten – mars 2020

Après de longues recherches documentaires et des contacts avec certains spécialistes, une synthèse aussi objective que possible des travaux effectués par le Dr Max Frei, sur les pollens trouvés sur le Linceul (en 1973 et 1978), a été établie en mars 2020 par Pierre de Riedmatten

Ce « Dossier pollens », qui comprend 5 annexes, a pour but de permettre au lecteur de se faire une meilleure idée sur les travaux du Dr Max Frei et sur les critiques mal fondées ou mieux fondées. Il reprend et complète des articles déjà parus :

Max Frei et les Carnets d’Hitler (Cahier MNTV n° 58 – juin 2018) ; article montrant que la réputation du criminologue Max Frei ne peut être entachée par le scandale des faux Carnets d’Hitler, car il était déjà mort depuis plusieurs mois lorsque les expertises scientifiques ont pu avoir lieu.

Que penser aujourd’hui des pollens trouvés sur le Linceul ? (Cahier MNTV n° 59 – décembre 2018) ; synthèse des recherches et des observations, avec 3 annexes.

Commander ce livret à la procure MNTV.

 

Le Clan des Achaïens  et l’histoire du Linceul de Turin (1204-2020) – Laurent Bouzoud – Autoédition, mars 2020

Le commander chez l’auteur : laurent@bouzoud.com

– 1° partie: « Le Linceul entre Grèce et France (1204-1317) »

– 2° partie : « Le Linceul et les Charny (1317-1453) »

– 3° partie : « Histoire du trou historique (1453-2020) »

L’auteur propose une nouvelle hypothèse de transfert du Linceul au XIV° s, grâce notamment à la veuve du dernier duc d’Athènes et à la dernière héritière de la principauté franque de Morée, une « histoire de famille », conduite discrètement par ce « Clan des Achaïens ». L’auteur reprend une hypothèse simple déjà avancée en 1997 par Daniel Raffard de Brienne, selon laquelle le Linceul serait resté « tout bonnement » à Athènes jusqu’à la chute du duché, en 1312.

Voir par ailleurs  le Compte Rendu de l’Assemblée Générale de 2016 (Cahier MNTV n° 55).

Voir aussi, dans le Cahier MNTV n° 57 (décembre 2017), le complément historique apporté par Laurent Bouzoud à son hypothèse du transfert discret du Linceul par les veuves des dernier ducs d’Athènes.

Voir également, dans le Cahier MNTV n° 63, l’absence de rôle réel joué par Othon de la Roche dans les récits complexes concernant le suaire de Besançon qui a été confondu pendant longtemps avec le Saint Suaire.